Quels peuvent être les effets secondaires de la luminothérapie ?


2882 vues
Quels peuvent être les effets secondaires de la luminothérapie ?

La luminothérapie, également appelée photothérapie, est un traitement qui consiste à vous exposer à une source de lumière artificielle, qui va généralement simuler le spectre de la lumière du soleil pour combler une carence à ce niveau. La luminothérapie est principalement utilisée dans le traitement des troubles dépressifs majeurs avec des schémas saisonniers (notamment le Trouble Affectif Saisonnier ou « TAS »).

Il s'agit d'un type de dépression qui survient à une certaine période de l'année, généralement en hiver. Mais la luminothérapie, avec une lumière rouge ou bleue, peut également être utilisée pour le traitement de certains troubles de la peau comme l'acné. Quels peuvent être les effets secondaires de la luminothérapie médicale ? On fait le point dans cet article.

Les effets secondaires de la luminothérapie dans le traitement du Trouble Affectif Saisonnier (TAS)

En général, la luminothérapie est destinée à compenser le manque d'exposition au soleil. Cette carence est en effet la cause de certains troubles dépressifs majeurs avec des schémas saisonniers, mais aussi de troubles du sommeil et éventuellement d'une fatigue chronique. Concrètement, le patient s'installe à proximité d'une lampe de luminothérapie qui émet une forte lumière simulant le spectre du soleil.

L'intensité lumineuse est mesurée en lux (lx). Le rendement standard d'une lampe de luminothérapie se situe généralement entre 2 500 et 10 000 lux. Les traitements commencent généralement à l'automne et se poursuivent jusqu'au début du printemps. Les séances durent généralement de 10 à 45 minutes, en fonction de la puissance de la lampe de luminothérapie et de la sévérité des symptômes du Trouble Affectif Saisonnier.

On commencera généralement par des durées et/ou des intensités faibles. Le mode opératoire de la luminothérapie est encore à l'étude, mais l'hypothèse la plus probable consiste en une régulation de la production de sérotonine et de mélatonine dans le cerveau par le biais de l'éclairage de la rétine. La sérotonine est la substance chimique du cerveau qui permet un sentiment de bien-être. Il a été cliniquement prouvé que la luminothérapie n'était pas un simple placebo.

La luminothérapie utilisée dans le traitement des troubles de l'humeur et/ou du sommeil peut avoir quelques effets secondaires, notamment des maux de tête et des coups de soleil. En général, ils sont sans aucune gravité et disparaissent au bout de quelques heures. La plupart de ces effets secondaires peuvent être traités en ajustant la durée et l'intensité des séances. Les séances trop longues et/ou trop intenses peuvent s'accompagner des effets secondaires bénins suivants :

  • les maux de tête ;
  • des épisodes d'insomnie ou d'hypersomnie ;
  • des coups de soleil ;
  • une certaine fatigue ;
  • des yeux et un nez secs ;
  • une hypomanie (une période prolongée d'humeur maussade).

Si vous envisagez la thérapie par la lumière, vous devrez demander l'avis de votre médecin si vous souffrez d'une des affections suivantes :

  • peau sensible ;
  • des affections oculaires ;
  • des antécédents de cancer de la peau.

Les effets secondaires de la luminothérapie pour soigner une peau malade

La luminothérapie par la lumière rouge est couramment utilisée pour soigner certaines pathologies cutanées. On pense que la lumière rouge produit un effet biochimique dans les cellules qui renforce les mitochondries. Les mitochondries sont la « centrale électrique » de la cellule. C'est à ce niveau que l'énergie de la cellule est créée. La molécule porteuse d'énergie que l'on trouve dans les cellules de tous les êtres vivants est appelée ATP (adénosine triphosphate).

En augmentant la fonction des mitochondries grâce à la luminothérapie par la lumière rouge (TLR), une cellule peut produire davantage d'ATP. Avec plus d'énergie, les cellules peuvent fonctionner plus efficacement, « se rajeunir » et réparer les dommages éventuels. La TLR est différente des thérapies au laser ou à la lumière pulsée intense (IPL) car elle ne cause pas de dommages à la surface de la peau. Les thérapies au laser et à la lumière pulsée produisent en effet des « dommages contrôlés » à la couche extérieure de la peau, qui induisent ensuite la réparation des tissus. La TLR contourne ce problème en stimulant directement la régénération de la peau. La lumière émise par la TLR pénètre à environ 5 millimètres sous la surface de la peau.

Depuis les premières expériences dans l'espace par la NASA pour accélérer la cicatrisation et la résorption des blessures, des centaines d'études cliniques et des milliers d'études de laboratoire ont été menées pour déterminer si la TLR présentait des avantages médicaux. De nombreuses études ont donné des résultats prometteurs, mais les bienfaits de la thérapie à la lumière rouge sont encore à l'étude. Pour l'heure, certaines données suggèrent que la TLR pourrait présenter les avantages suivants :

  • favoriser la cicatrisation des plaies et la réparation des tissus ;
  • améliorer la croissance des cheveux chez les personnes atteintes d'alopécie androgénique ;
  • jouer le rôle de thérapie adjuvante dans le traitement à court terme du syndrome du canal carpien ;
  • stimuler la cicatrisation des plaies qui guérissent lentement, comme les ulcères du pied chez les patients diabétiques ;
  • réduire les lésions du psoriasis ;
  • soulager à court terme la douleur et l'inconfort matinal chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ;
  • réduire certains des effets secondaires des traitements du cancer, notamment la mucosité buccale ;
  • améliorer le teint de la peau et construire du collagène pour diminuer les rides ;
  • aider à réparer les dégâts causés par le soleil ;
  • empêcher les boutons de fièvre récurrents dus aux infections par le virus de l'herpès simplex ;
  • améliorer la santé des articulations chez les personnes souffrant d'arthrose dégénérative du genou ;
  • soulager la douleur et l'inflammation chez les personnes souffrant d'une faiblesse au niveau des tendons d'Achille.

La thérapie à la lumière rouge est considérée comme sûre et indolore. Cependant, des brûlures et des cloques ont été signalées suite à l'utilisation d'appareils de luminothérapie non adaptés. Quelques personnes ont développé des brûlures après s'être endormies avec l'appareil en place, tandis que d'autres ont subi des brûlures dues à des fils cassés ou à l'usure de l'appareil. Il existe également un risque potentiel de lésions oculaires. Bien que plus sûre pour les yeux que les lasers traditionnels, la TLR peut nécessiter une protection adéquate des yeux.