La luminothérapie médicale est-elle vraiment efficace ?


2903 vues
La luminothérapie médicale est-elle vraiment efficace ?

Bien qu'elle soit utilisée en milieu hospitalier depuis le début du 20e siècle, la luminothérapie a longtemps souffert de l'étiquette de la médecine alternative. Et pourtant, elle s'impose aujourd'hui non seulement comme une thérapie adjuvante, mais aussi et surtout comme un traitement de première intention pour soigner certaines formes de dépression, comme le Trouble Affectif Saisonnier (TAS), certains troubles du sommeil associés au dérèglement du rythme circadien (insomnie, hypersomnie), certains troubles cutanés comme l'acné et le psoriasis ainsi que certaines baisses de forme (asthénie, fatigue chronique, nervosité, etc.).

Dans cet article, nous compilons pour vous des études cliniques qui démontrent l'efficacité de la luminothérapie médicale dans le traitement d'un certain nombre de pathologies.

Preuves de l'efficacité de la luminothérapie dans le traitement du TAS

Une analyse publiée dans la revue Psychotherapy and Psychosomatics documente la valeur de la luminothérapie dans le traitement du Trouble Affectif Saisonnier. Le « TAS » est un sous-type de trouble dépressif majeur récurrent ou bipolaire défini par deux éléments : une saisonnalité (automne et hiver), et une récurrence (chaque année). Il peut éventuellement s'accompagner d'un état légèrement euphorique au printemps et en été, avec un comportement que l'on peut qualifier de « maniaque ».

Le schéma le plus fréquent est la dépression automne - hiver avec apparition de symptômes typiques des épisodes dépressifs classiques (troubles du sommeil, troubles de l'appétit, perte de plaisir, tristesse, sautes d'humeur, nervosité) avec rémission spontanée ou, éventuellement, hypomanie/manie pendant la période printemps/été suivante. La luminothérapie est utilisée depuis plus de 30 ans pour traiter les troubles affectifs saisonniers, mais elle s'impose depuis le début des années 2010 comme un traitement de première intention sur les dépressions légères à modérées. Il s'agit d'une thérapie non invasive qui peut éventuellement aider le praticien à baisser la dose des antidépresseurs, voire à supprimer la médication.

Une méta-analyse, comprenant des essais cliniques randomisés en simple ou double aveugle, a été réalisée par un pool de chercheurs de l'OCDE. Elle a comparé l'impact de lampes de luminothérapie médicale (≥ 1 000 lx), des lampes à faible intensité (≤ 400 lx) et des générateurs d'ions négatifs de faible densité jouant le rôle de placebo. L'idée était donc d'évaluer l'efficacité de la luminothérapie dans le traitement du Trouble Affectif Saisonnier chez les adultes. Pour réaliser une mesure objective, un score de dépression post-traitement a été mis en place, avec des échelles validées. Au total, cette méta-analyse a compilé les résultats de 19 études réalisées en France, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Inde, au Japon, en Suède, en Australie, au Danemark, en Finlande, en Islande, en Allemagne et en République Tchèque.

Les résultats ont montré que la luminothérapie était nettement plus efficace que la lumière basse intensité ainsi que le placebo, avec une différence moyenne standardisée de 63%. Les auteurs ont conclu que la luminothérapie médicale peut être considérée comme un traitement efficace pour les troubles affectifs saisonniers, mais les preuves disponibles proviennent d'études méthodologiquement hétérogènes avec des échantillons de taille petite à moyenne, nécessitant des essais cliniques plus importants et de meilleure qualité.

La luminothérapie est rapidement passée en traitement de première intention pour les faibles risques associés à ce protocole non invasif en comparaison avec les antidépresseurs. Attention : il appartient à votre médecin traitant de décider. Ne remplacez pas votre traitement médicamenteux par la luminothérapie de votre propre chef.

Les trois critères qui conditionnent l'efficacité de la luminothérapie

La luminothérapie est plus efficace lorsque vous disposez de la bonne combinaison d'intensité, de durée et de timing des séances :

  • Intensité. L'intensité de la lampe de luminothérapie est mesurée en lux (lx). Pour la dépression saisonnière, la recommandation typique est d'utiliser une lampe de luminothérapie de 10 000 lux à une distance d'environ 40 à 60 centimètres de votre visage ;
  • Durée. Avec une lampe de luminothérapie de 10 000 lux, le patient devra se soumettre à des séances quotidiennes d'environ 20 à 30 minutes. Mais une lampe de luminothérapie de moindre intensité, avec une intensité de 2 500 lux par exemple, nécessitera des séances plus longues. Consultez les directives du fabricant et suivez les instructions de votre médecin. Il peut vous suggérer de commencer par des séances plus courtes et d'augmenter progressivement la durée et/ou l'intensité ;
  • Le timing des séances. Pour la plupart des patients, les séances de luminothérapie sont plus efficaces lorsqu'elles sont réalisées le matin, au réveil. Votre médecin pourra vous aider à déterminer le programme de luminothérapie qui fonctionne le mieux pour vous en fonction de votre « profil de dormeur » et de votre état général de santé.

Comment maximiser l'efficacité de vos séances de luminothérapie ?

La luminothérapie ne guérit pas les dépressions majeures et autres troubles de l'humeur qui ne sont pas liés au dérèglement du rythme circadien. Cependant, il a été démontré qu'elle aidait à maîtriser les symptômes des épisodes dépressifs majeurs, améliorant la qualité de vie du patient. Elle va également améliorer son niveau d'énergie et l'aider à se sentir mieux dans sa peau sans recourir à des traitements invasifs.

La luminothérapie peut commencer à soulager certains symptômes en quelques jours seulement. Dans certains cas, cependant, elle peut prendre deux semaines ou plus. Certains patients sont plus réceptifs à la luminothérapie que d'autres. Mais vous pouvez prendre des mesures pour tirer le meilleur parti de vos séances et maximisez les chances du succès :

  • Procurez-vous le bon modèle de lampe de luminothérapie. Faites des recherches sur notre site et évaluez vos options dans nos différents comparatifs. Vous pouvez également vous appuyer sur nos différents guides d'achat ;
  • Soyez régulier et discipliné. Suivez une routine quotidienne de séances de luminothérapie pour maximiser les chances de réussite du traitement. Comme souvent, la régularité conditionne les bénéfices du traitement. A vous donc de faire preuve de discipline ;
  • N'arrêtez pas avec l'amélioration de votre état. Si vous interrompez la luminothérapie pendant les mois d'hiver ou si vous l'arrêtez trop tôt au printemps lorsque votre état s'améliore, vos symptômes pourraient revenir. En règle générale, la première année sert au calibrage et vous renseignera sur le meilleur calendrier à suivre selon les besoins de votre organisme. N'hésitez pas à noter votre humeur et votre niveau d'énergie après un arrêt au printemps, par exemple ;
  • Complétez par d'autres traitements. Si votre état ne s'améliore pas suffisamment avec la luminothérapie, vous pourriez avoir besoin d'un traitement supplémentaire. Consultez votre médecin pour connaître les autres possibilités de traitement, comme les antidépresseurs ou la psychothérapie.