Le guide d'achat de la lampe de luminothérapie


2932 vues
Le guide d'achat de la lampe de luminothérapie

A la fin des années 2000, les lampes de luminothérapie ont fait leur apparition dans les grandes surfaces de distribution, dans les enseignes spécialisées dans le bien-être au quotidien, mais aussi chez les professionnels de santé qui traitement les pathologies en lien avec les troubles de l'humeur et du sommeil ainsi que les dérèglements du rythme circadien et de l'horloge interne, qu'ils soient saisonniers ou péri-annuels.

Parce qu'il s'agit d'un appareil relativement récent, le choix de la bonne lampe de luminothérapie n'est pas forcément évident, dans la mesure où il repose sur des critères plutôt techniques comme l'intensité lumineuse en lux, la température de la lumière artificielle mesurée en degrés Kelvin (°K), l'Indice de Rendu des Couleurs (IRC) ou encore la largeur du spectre lumineux. La rédaction vous propose un guide d'achat complet pour vous aider à faire le meilleur choix !

#1 La température de couleur de la lampe de luminothérapie

Il faudrait une longue démonstration scientifique pour aborder le sujet passionnant de la température de couleur de la lumière émise par votre dispositif de luminothérapie. Rassurez-vous, nous n'allons pas tergiverser. Plus la température de couleur est élevée, plus la représentation des courtes longueurs d'onde de la lumière dans la gamme du violet au bleu est importante. En théorie, nous allons rechercher un blanc « frais » et « net » pour simuler le spectre complet (de manière approximative) de la lumière naturelle et « tromper » le cerveau avec de rétablir l'équilibre de votre rythme circadien et de l'horloge interne de votre organisme.

La lumière du jour affiche une température de couleur de 6 500° K. Si votre objectif est de venir à bout de votre Trouble Affectif Saisonnier, d'un trouble du sommeil ou de tout symptôme en lien avec la baisse du taux d'ensoleillement en automne et en hiver, optez pour une lampe de luminothérapie avec une température de couleur comprise entre 5 500 et 6 500° K. Dans la pratique, les fabricants note la température de couleur de cette façon : « D XX », « XX » étant le nombre de centaines de la température de couleur. Une lampe de luminothérapie diffusant 6 500° K sera notée « D 65 ».

Avec une température de couleur de 3 000 K (ou D 30), vous allez avoir un blanc plus doux, avec une légère teinte rosée. En fonction de l'ampoule fluorescente de votre lampe, la coloration est déterminée par un ensemble de phosphores dans des bandes de longueur d'onde relativement étroites. Il faut examiner un graphique du schéma des longueurs d'onde pour déterminer comment une ampoule donnée mélange des phosphores particuliers pour créer la coloration globale.

Bien qu'une ampoule de 3 000 K semble douce et agréable à l'œil, elle contient toujours un phosphore qui émet des photons dans la gamme bleue des courtes longueurs d'onde. De plus, une température de 3 000 K ne suffit pas pour des séances de luminothérapie en bonne et due forme.

#2 Spectre complet ou large spectre ?

Le terme « spectre complet » est incorrect. Aucune lampe de luminothérapie, quel que soit son niveau de performance, ne pourra restituer le spectre complet de la lumière naturelle… mais les meilleurs lampes diffusent un spectre plus large que les modèles bas de gamme.

Toute lampe de luminothérapie, quelle que soit la température de la couleur qu'elle émet, doit comporter un écran diffusant lisse qui filtre au moins 99 % des rayons ultraviolets (UV) pour éviter les dommages sur la peau ou sur les yeux. Toutes les lampes de luminothérapie disposant de la mention « CE » (en Europe) ou « FDA » (aux Etats-Unis) filtrent au moins 99 % des rayons UV.

L'exposition à long terme, même à de faibles niveaux d'UV, constitue un danger potentiel pour les yeux et la peau, et doit être évitée. Analyser le graphique de la sortie spectrale incluant la gamme d'UV entre 200 et 400 nm, et assurez-vous que la transmission des UV est négligeable, avec un filtre d'au moins 99 %.

#3 La puissance de la lampe de luminothérapie

L'intensité de la lumière est mesurée en lux. Pour être plus précis, le lux mesure la façon dont l'œil humain perçoit la « luminosité » de la lumière. L'intensité moyenne de l'éclairage de nos espaces de vie tourne généralement autour de 50 lux, tandis que les lieux de travail peuvent culminer jusqu'à 400 lux.

La lumière du soleil peut monter jusqu'à 120 000 lux à l'extérieur, tandis qu'elle baissera à moins de 20 000 lux par une journée nuageuse. Les lampes de luminothérapie que l'on retrouve sur le marché grand public et qui sont destinées à corriger les dérèglements du rythme circadien, les déséquilibres du cycle éveil – sommeil ainsi que les troubles associés au déphasage de l'horloge interne affichent des puissances lumineuses qui vont de 2 500 à 10 000 lux.

Certaines lampes de luminothérapie vous permettent de régler l'intensité lumineuse selon trois niveaux : 2 500, 5 000 (ou 8 000) et 10 000 lux, selon vos besoins. En réalité, cette option n'est qu'un simple gadget, car vous pouvez très bien réduire la puissance d'une lampe de luminothérapie simplement en augmentant la distance entre la source lumineuse et vos yeux. On vous conseille donc fortement d'opter pour une lampe de luminothérapie de 10 000 lux et d'ajuster en jouant sur la distance. Si vous optez pour un modèle à 2 500 lux, vous allez devoir vous approcher plus que de raison de la source lumineuse, ce qui exacerbe certains effets secondaires comme les maux de tête, la fatigue ou encore les douleurs oculaires.

Plus le nombre de lux auxquels vous exposez vos yeux est élevé, plus la séance de luminothérapie devra être courte. Vous pouvez donc vous contenter de séances quotidiennes de 20 à 30 minutes avec une lampe de luminothérapie de 10 000 lux, là où une lampe de luminothérapie de 2 500 lux exigera jusqu'à deux heures, ce qui est particulièrement fatiguant et chronophage. L'intensité de 10 000 lux vous donne un meilleur contrôle sur vos séances et une plus grande marge de manœuvre. Elle vous permet également de vous tenir à bonne distance de la lampe de luminothérapie (entre 60 et 70 cm).

Lampe Comment choisir Choix lampe luminothérapie