Quelle puissance pour votre réveil simulateur d'aube ?


3011 vues
Quelle puissance pour votre réveil simulateur d'aube ?

Si lampe de luminothérapie est votre meilleur allié pour venir à bout des symptômes du Trouble Affectif Saisonnier (TAS) comme l'humeur triste, l'insomnie, l'hypersomnie, le manque d'énergie, la baisse de la libido ou encore la fatigue chronique, le simulateur d'aube vous évite le calvaire des réveils compliqués, avec maux de tête, mauvaise humeur et somnolence qui dure toute la journée.

Le mode opératoire du réveil simulateur d'aube est simple : produire une séquence lumineuse comparable à celle d'un lever du soleil pour « tromper » votre cerveau et lui envoyer un signal de réveil naturel, doux et progressif, sans le brusquer. Résultat : vous dormez mieux, vous vous réveillez dans les meilleures conditions et vous êtes prêt à attaquer votre journée avec bonne humeur et motivation !

Glossaire : qu'est-ce qu'un lux dans le cadre de la luminothérapie ?

Le rendement en lux de la lumière est l'une des principales caractéristiques de lampes de luminothérapie et des réveils simulateurs d'aube. Les utilisateurs se posent donc souvent, et à juste titre, la question suivante : « De combien de lux ai-je besoin ? ». Prenons un moment pour expliquer ce qu'est exactement le lux, car c'est un critère important pour le choix du bon appareil de luminothérapie.

La lumière est généralement mesurée en lumens, qui évaluent la « quantité » de lumière visible à partir d'une source donnée, que nous appelons généralement « luminosité ». Il faut différencier la mesure de la luminosité avec celle de du flash ou des lumens projetés sous un angle donné. Le Lux est une mesure similaire, mais il s'agit de la quantité de lumens émis sur une surface donnée (en mètres carrés).

Ainsi, vous pouvez considérer la luminosité comme la quantité de lumière qui quitte la source, et le lux comme la quantité de lumière qui atteint un objet. Dans le cas de la luminothérapie, l'objet qui « accueille » la lumière n'est autre que votre œil, ou plus spécifiquement, votre rétine. Le lux est généralement mesuré à 1 mètre de la source de lumière, donc la quantité lumineuse qui atteint vos yeux à plus d'un mètre sera moindre (moins 25 % à chaque fois que la distance entre l'utilisateur et la source lumineuse double). Ainsi, si une lampe de luminothérapie vous envoie 10 000 lux sur une distance de 25 cm, elle ne vous enverra que 5 000 lux à 50 cm. Le même raisonnement s'applique donc au réveil simulateur d'aube.

Quelle puissance lumineuse pour une lampe de luminothérapie ?

Dans le cas des lampes de luminothérapie, la réponse est claire et nette : vous aurez besoin de 10 000 lux à raison de séances quotidiennes d'environ 30 minutes, idéalement le matin, après votre réveil. C'est l'intensité optimale (pas plus, pas moins) pour lutter contre les différentes retombées du dérèglement du rythme circadien et du déphasage de l'horloge interne de l'organisme. La luminothérapie vous permettra de soulager l'humeur triste et maussade, les troubles du sommeil comme l'insomnie et l'hypersomnie, la baisse d'énergie et de libido, la fatigue chronique qui ne disparaît pas avec le repos, etc.

Il s'agit donc d'un rendez-vous quotidien avec votre lampe de luminothérapie pendant que vous prenez votre petit déjeuner, que vous consultez vos e-mails ou que vous lisez les nouvelles du matin. À une certaine époque, on recommandait 2 500 lux pendant plusieurs heures, mais la « dose » plus élevée de 10 000 lux pendant une demi-heure représente aujourd'hui la norme, car plus pratique.

Quelle puissance lumineuse pour un réveil simulateur d'aube ?

Dans la simulation de l'aube, l'utilisateur a besoin de moins de lux. C'est simple : si la lampe de luminothérapie simule une lumière du soleil à son zénith (IRC de 100 et température des couleurs de 5 900° K), le simulateur d'aube propose un lever de soleil artificiel… et le soleil déploie une lumière moins intense à son lever qu'à son zénith. Votre cerveau a donc besoin d'un signal lumineux plus faible pour sortir de la torpeur du sommeil de manière naturelle.

Alors que les suggestions vont généralement de 100 à 350 lux, on estime que l'intensité lumineuse idéale est d'environ 250 lux. Le timing est important, tout comme le placement du réveil simulateur d'aube… mais il n'y a pas de règle en la matière. L'utilisateur devra expérimenter jusqu'à trouver la configuration qui lui permettra un réveil doux et progressif. L'idée ici d'induire un réveil naturel, et pas de donner à votre organisme une exposition lumineuse puissante comme le ferait une lampe de luminothérapie.

Les observations et les retours d'expérience des utilisateurs démontrent toutefois que plus la durée de la simulation de l'aube est élevée, plus l'utilisateur se montre réceptif à la lumière artificielle. Les modèles proposés sur le marché vont de 15 minutes à 2 heures, avec une moyenne à 30 minutes.

Lampe de luminothérapie ou réveil simulateur d'aube ?

Le traitement à la lampe de luminothérapie implique des séances quotidiennes d'au moins 30 minutes, à une intensité lumineuse de 10 000 lux, avec une température des couleurs comprise entre 5 500 et 6 500° K et un Indice de Rendu des Couleurs (IRC) supérieur à 85. L'avantage avec la simulation de l'aube, c'est qu'elle ne vous immobilise pas, ce qui peut être utile si vous avez un emploi du temps chargé.

En effet, la simulation de l'aube a lieu pendant votre sommeil, et votre réveil intervient généralement à la fin du processus. Si vous en avez le budget, vous pouvez investir dans un réveil simulateur d'aube pour attaquer la journée dans les meilleures dispositions, ainsi que dans une lampe de luminothérapie pour prévenir tout dysfonctionnement de votre rythme circadien et prévenir le Trouble Affectif Saisonnier (TAS).